Les Mondes de P-Val: Diplomates d’ambassade, Diplodocus ?

mercredi 23 février 2011

Diplomates d’ambassade, Diplodocus ?

Hier, le journal Le Monde a publié une tribune très critique d’un groupe d’ambassadeurs dont le sens général est 1/notre politique étrangère est définie à l’Élysée, sans tenir compte des analyses de nos ambassades 2/si cette politique était conduite par des diplomates elle n’aurait pas tous les défauts de la terre : amateur, impulsive, fondée sur des préoccupations médiatiques, improvisée, illisible, pas visible … et « rallié aux États-Unis » (Général de Gaulle, reviens !).

Au delà des critiques de fond, ce qui fait le plus mal à ce groupe est que le président « ne nous apprécie pas » et qu’il a osé faire appel à des gens qui ne sont pas de notre Monde – imaginez : un préfet ! (en oubliant que Jean-David Levitte, le conseiller diplomatique de l’Élysée est bel et bien un pur produit du corps).

Que penser de tout cela en utilisant la grille « Monde », sans rentrer dans le débat de fond.

Remarque n°1 : le corps diplomatique est un fournisseur au service d’un client et ce client a visiblement choisi de changer de fournisseur.
Remarque n°2 : désolé pour le fournisseur qui a perdu (ce qui semble être le cas), quand le client en choisi un autre, c’est celui qui a perdu qui doit se remettre en cause parce qu’il est rare qu’on puisse demander au client de changer.
Remarque n°3 : je ne suis pas sûr que les remarques n°1 et 2 puissent être entendues par ces diplomates, dans leur Monde la notion même de client doit être une insulte.

Les diplodocus ont disparu pour ne pas avoir su s’adapter à un Monde qui change. On peut le regretter …

Bruno Jourdan

PS : c'est drôle, le café Marly qui a donné son nom à ce groupe est parfaitement dans le style Quai ... et très peu Rolex

Aucun commentaire:

Publier un commentaire