Les Mondes de P-Val: Le laboratoire Servier : ange ou démon ?

mercredi 16 février 2011

Le laboratoire Servier : ange ou démon ?

L'affaire du Médiator a mis sur le devant de la scène médiatique un groupe par ailleurs très discret. Sans prendre parti dans une affaire en-cours qui inclut d'autres acteurs responsables, médecins prescripteurs, agences de santé, j'ai voulu comprendre comment le laboratoire Servier avait pu en arriver là.



Quel est donc le Monde qui a pu conduire à cette situation ?

Je me suis attaché à analyser la production de discours de l'entreprise, et pour cela, quoi de mieux que son site web (www.servier.fr/)

Servier parle de créativité. Elle vient de l'indépendance, des fondations. Elle se fait au travers d'échanges entre les personnes, par "l'amitié". Nous voyons alors la place prépondérante du Monde "domestique" dans ce travail de R&D qui est la clé d'un laboratoire pharmaceutique.
Ce Monde Domestique est omniprésent. L'entreprise doit être "heureuse et morale". Son succès passe par la gestion des ressources humaines, par les hommes et les femmes qui doivent être disciplinés et respectueux des règles de l'entreprise. C'est la dimension organisationnelle, quasi militaire, du Monde Domestique.
Le discours rebondit ensuite sur le progrès, sans qu'il soit dit en quoi consiste ce progrès. On entend vite que ce progrès ne doit être freiné sous aucun prétexte et que toute tentative dans ce sens sera vécu comme une attaque " Tout royaume divisé contre lui-même périra" . Le Monde domestique poussé à l'extrême ne se vit plus qu'en interne. Une paranoïa se met en place qui voit tout changement, toute question comme une agression de l'externe vers l'interne. Il faut faire corps, quoi qu'il en coûte.
Dans ces conditions, comment s'interroger sur les impacts secondaires d'un médicament sans être aussitôt mis "hors jeu" par l'ensemble du collectif  Servier ? La question n'est pas d'avoir raison ou tort, mais de savoir si on met en jeu le collectif Servier.
Cette paranoïa se retrouve ensuite dans une vision patriotique, qui tangente une forme de chantage dont sont devenus coutumières les entreprises : nous sommes une entreprise stratégique, nous créons des emplois en France .... sous-entendu il faut nous soutenir, fermer les yeux parfois, car nous sommes stratégiques pour le pays, pour sa classe politique, pour son administration.
Et le patient me direz-vous ? Il est certes cité, mais après le médecin. Pour Servier, ce qui compte, c'est le médecin prescripteur qui vend son produit, ce n'est pas le patient "consommateur". Ce patient ne rentre pas du tout dans la sphère domestique Servier, le médecin y est d'ailleurs juste toléré.

"L'essentiel est que nous croyons dans notre métier"
Tout est dit dans cette phrase. La référence, la finalité c'est "nous", l'interne, le collectif que représente une entreprise qui se vit rapidement comme une forteresse assiégée. Tout devient permis pour se défendre tant que "nous y croyons".

Servier est donc à la fois le modèle d'une superbe réussite du Monde domestique : " nous sommes passé en quelques années de 9 à 20 000 personnes", mais aussi une illustration, caricaturale de ses excès.

Que doit faire Servier dans le futur, pour franchir cette crise et continuer à se développer pour le bénéfice de tous les acteurs ?
Tout d'abord conserver son ancrage Monde domestique. Cela peut sembler paradoxal, mais notre livre "changer de Monde " le dit fort bien. Le Monde voulu doit capitaliser sur ses forces et ses racines. Le nier serait se tuer lentement (certaines entreprises y arrivent très bien).
En revanche Servier doit moderniser son Monde en lui ajoutant des dimensions qui manquent. Une dose de Monde civique pour introduire un sens des responsabilités plus global, moins "intéressé". Un soupçon de Monde de l'inspiration : les bonnes idées ne viennent pas forcément de personnes 100% alignés, "d'amis". Il faut accepter la confrontation des idées et des valeurs pour avancer et trouver de nouvelles pistes. Enfin une goutte du Monde de l'opinion lui permettra d'anticiper ce que "les autres" pensent de lui.
Au final Servier doit accepter de changer de Monde et apprendre à le faire. Et pour cela il y a un excellent livre que je vous conseille de diffuser largement autour de vous !

Bon vent à Servier !

Laurent Dugas

Aucun commentaire:

Publier un commentaire