Les Mondes de P-Val: Bravo aux vainqueurs, honte aux vaincus contestataires

lundi 24 août 2015

Bravo aux vainqueurs, honte aux vaincus contestataires



Vous ne connaissez sans doute pas Bruno David. Cet homme vient d’être proposé comme patron du Muséum d’histoire naturelle de Paris. A l’unanimité du comité de nomination. A la surprise générale, et en particulier de celle de Thomas Grenon qui pensait être reproposé à la tête de cet établissement public.
Vous connaissez mieux Mathieu Gallet. Lui aussi a été nommé patron de Radio France. A l’unanimité des membres du CSA.
Pareil pour Delphine Ernotte, nommé à la tête de France Télévision, à la surprise des autres candidats-favoris.

Pourquoi  est-ce que je vous parle de ces vainqueurs ?

Ces dirigeants ont gagné parce qu’ils ont bien mieux su se synchroniser avec ceux qui les ont choisi – leur client. Ils n’ont pas laissé de place à la chance ou à une légitimité supposée plus forte. Et leurs concurrents malheureux qui critiquent les procédures « opaques », n’ont tout simplement pas compris le jeu.

Quel jeu ? 

Le jeu de la vente.
Un jeu où les règles sont fixées par le client.
Le gagnant de ce jeu est celui qui a le mieux su se synchroniser avec le client.
Quand une entreprise est choisie par un client, ce n’est pas le fruit du hasard ou de la chance. C’est le fruit d’un travail commercial. La compréhension des critères de décision des décideurs, la capacité à leur proposer des idées, la capacité à les synchroniser avec chacun des décideurs.
C’est cela qu’ont réussi Bruno David, Mathieu Gallet et Delphine Ernotte.

Le client a toujours raison. 

Bravo aux vainqueurs qui comprennent le client.
Honte aux vaincus dont la justification est « j’étais plus légitime ».
Honte aux contestataires qui voudraient que le client justifie son choix. Quand vous achetez un pantalon dans une boutique, est-ce que vous devez justifier votre achat auprès de la boutique dans laquelle vous n’avez pas acheté ?

Bruno Jourdan

1 commentaire:

  1. Muriel Mayette vient d’être nommée directrice de la Villa Médicis. Elle l'a emporté parce qu'elle a eu le même professionnalisme commercial que les autres dirigeants cités dans ce billet. Bravo.
    Bruno Jourdan

    RépondreSupprimer