Les Mondes de P-Val: Charpak le passeur

lundi 4 octobre 2010

Charpak le passeur

Yann Verdo retrace avec talent dans sa chronique des Echos le parcours de personnes clés de notre environnement économique. Dans les Echos de vendredi 1 octobre il retrace celui de Georges Charpark,"Le prix Nobel de physique, passeur de génie".
Pourquoi ce terme de passeur? Et puis d'abord, Passeur entre quoi et quoi ? Ensuite, quelles sont les qualités ou les limites du Passeur ?

Notre approche des Mondes peut vous donner des idées claires et pragmatiques sur ce sujet.
Est "passeur" celui qui établit une passerelle entre deux Mondes distincts. Qu'il appartienne à l'un des Mondes ou à aucun d'entre eux, il est celui qui sait traduire chacun des Mondes dans le Monde l'autre. Il sait synchroniser des grandeurs différentes. Il sait interagir sur plusieurs registres pour tisser un lien entre les acteurs de chacun des Mondes en présence.

Avec cet éclairage, que nous révèle Yann Verdo sur  Georges Charpak, le passeur ?
Il nous rappelle que Georges Charpak est un "serial" passeur.
D'abord entre la recherche fondamentale illustrée par le CERN et les applications industrielles, illustrées par ses créations d'entreprises. Son prix nobel en est l'illustration, prix qu'il dit avoir obtenu pour "un machin de 10 centimètres sur 10".
Ensuite comme passeur entre la science et l'éducation, par son association "La Main a la pâte" et la création du prix Purkwa avec l'école des Mines de Saint Etienne.

Quelles sont les qualités du passeur mises en avant ?
  • Le "bricoleur" de génie : en effet la passerelle est d'abord un "pont de singe" bricolé entre deux Mondes. Ce n'est pas une autoroute à quatre voix dont tout aurait été pensé à l'avance. Il faut là une "créativité inépuisable" pour sans cesse chercher de nouvelles passerelles possibles.
  • L'absence de dédain : en effet le passeur ne valorise pas plus, pas moins, les deux Grandeurs en présence. Il n'y a pas un Monde supérieur à l'autre pour le passeur. Cette égalité est la base nécessaire pour tisser des passerelles efficaces car acceptées par les personnes des Mondes en présence.
  • La main à la pâte : c'est la qualité de faire, de passer à l'action. Le passeur est fondamentalement un acteur concret. Il ne se contente jamais de "théoriser" les mondes en présence. Il construit un chemin entre l'un et l'autre, parfois de l'un vers l'autre car la réciprocité n'est pas directement nécessaire.
  • Une limite ? Il semble que les entreprises crées par Georges Charpak n'ont pas été des grands succès. Ce qui peut indiquer que le Passeur n'est pas forcément le Créateur d'un Monde auquel les autres veulent appartenir (nous y reviendrons)

Pouvons-nous tous être des "passeurs" ? Sans doute, mais cela demande sûrement quelques "efforts" au sens d'un message précédent. Dans tous les cas, merci à Yann Verdo, journaliste passeur vers Georges Charpak et d'autres personnes qui façonnent notre environnement.

Laurent Dugas

Aucun commentaire:

Publier un commentaire